Dans le cimetière de la petite ville de Lurgan, en Irlande du Nord, une plaque mortuaire attire l’attention du visiteur et éveille en lui une des plus anciennes terreurs de l’homme : celle d’être enterré vivant…

Nous sommes au tout début du 18ème siècle à Lurgan, en Irlande du Nord. Margorie est mariée à John McCall, le médecin du village. Ils ont plusieurs enfants et font partie des notables du bourg.

Aux alentours de 1705, Margorie tombe malade et son médecin de mari ne peut rien y faire : elle succombe. Margorie est enterrée à la hâte de peur que sa fièvre ne se répande et n’affecte ses proches. A son doigt, sa jolie alliance en or, que son mari n’a pas eu le cœur de lui ôter.

L’histoire s’arrête là et laisse sa place à la légende, celle de la Dame à la bague, mythe populaire du folklore européen jusqu’au 19ème siècle.

Margorie est donc enterrée rapidement dans le petit cimetière de Shankill Church of Ireland, non loin de chez elle, à Lurgan. L’information que Margorie est inhumée avec sa bague en or fait rapidement le tour du village et une bande de lascars mal intentionnés décide, à la faveur de la nuit, de s’emparer du précieux bijou. La terre est fraîche, le cercueil est facilement déterré et ouvert. Mais le cadavre a gonflé et nos brigands ont toutes les peines du monde à faire glisser l’anneau du doigt de la défunte. Qu’à cela ne tienne, aux grands maux les grands remèdes, on va lui couper le doigt. Un désigné volontaire brandit sa lame et l’approche de l’annulaire de Margorie.

A l’instant même où le sang commence à couler, Margorie ouvre les yeux et se redresse. La morte ne l’était pas. Les voleurs, épouvantés (on le serait à moins), détalent à toutes jambes sans demander leur reste.

Non loin de là, chez mes McCall, l’ambiance est lourde. John a rassemblé famille et amis pour une soirée en mémoire de Margorie. Soudain, on frappe à la porte. Trois coups. John, tout en s’approchant de l’entrée, déclare à ses enfants : « Si votre mère était en vie, je jurerais que c’est sa manière de frapper ». Il ouvre.

La maisonnée se glace instantanément. Là, sur le pas de la porte, dans sa robe de défunte, le doigt ensanglanté, se tient Margorie. La légende dit que John tombe raide mort d’effroi (et qu’il sera enterré quelques jours plus tard dans le cercueil qui était réservé à son épouse).

Margorie, quant à elle, se remariera et aura encore plusieurs enfants. A son décès, elle sera (de nouveau) inhumée au petit cimetière de Lurgan.

Alors légende ou réalité ?

Probablement légende, car on retrouve cette histoire dans de nombreux pays européens entre le 14ème et le 19ème siècle. Une des plus célèbres est celle de la famille Aducht en Allemagne vers 1357.

La tombe de Margorie McCall, cependant, est toujours visible aujourd’hui au cimetière de Lurgan. Et sur sa tombe sont gravés ces mots, qui rappellent la légende de la Dame à la bague : « Lived once, buried twice » (« A vécu une fois, fut enterrée deux fois »).

Catégories : Parcours de vie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *